Home » Actualité logement » Logement en Algérie » La crise du logement en Algérie s’atténuera au prochain quinquennat

La crise du logement en Algérie s’atténuera au prochain quinquennat

Le ministre de l’Habitat rassure sur la crise de logement

A la deuxième année du prochain quinquennat, la période d’urgence dans la réalisation des logements sera révolue. Le ministre de l’Habitat fixe un objectif de réalisation d’au moins 120 000 logements annuellement, pour satisfaire la demande nationale.

crise-logement-en-algerie

crise de logement

La crise de logement en Algérie pourrait être atténuée durant le prochain quinquennat, grâce à l’achèvement de la période d’urgence dans la réalisation des programmes de logements.

Intervenant à la clôture des travaux des assises nationales du BTPH, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Abdelmadjid Teboune, a émis le souhait de voir la demande nationale d’urgence en logements satisfaite d’ici la deuxième année du prochain quinquennat.

” D’ici 2016, la demande nationale d’urgence en matière de logement prendra fin. Nous allons rentrer dans la demande normale “, a annoncé le ministre, soulignant que les prochains programmes de construction de logements seront au même niveau que la croissance de la demande.

Pour cela, l’objectif à fin 2014, est d’arriver à augmenter les capacités de réalisation de logements à 120 000 unités/an, ce qui permettra de couvrir la demande sur les différentes formules de logement, et ce, afin d’éviter le recours aux entreprises étrangères. ” Pour ne pas faire appel aux appoints qui viendront d’ailleurs, notre département a fixé un objectif de réalisation d’au moins 120 milles logements, soit une augmentation de 50 % dans la construction de bâtiments “, a expliqué le ministre, soulignant que le taux actuel de réalisation est de 80 %.

Le ministère s’est engagé à accélérer le rythme de remise de logements et compte délivrer 300 000 unités et lancer 650.000 unités en 2014, contre 248.000 réceptionnés et 565.000 lancés en 2013, soit un taux d’avancement de 65 %.

Le secteur privé a une grande part dans la réalisation de ce programme. Selon le ministre, le secteur privé a participé à 58 % dans la réalisation des programmes du quinquennat. Pour le secteur public, sa participation ne dépasse pas les 4 %.

Par ailleurs, le ministre a évoqué l’élaboration prochaine d’une nouvelle “short-list” des maîtres d’œuvres nationaux et internationaux désirant contribuer  la mise en œuvre des projets de construction de logements (plus de 400 logements).

Cette “short-list” vise à faciliter le contact des entreprises nationales “sérieuses” lors du lancement des projets et à attirer ces opérateurs activant dans les Hauts-Plateaux et le Sud. Les promoteurs activant dans le secteur public, à l’instar des agences AADL et OPGI, peuvent recourir à cette liste, pour choisir une société dans le cadre de la formule de “gré à gré” à même d’accélérer le lancement des projets et éviter les appels d’offres infructueux, d’autant plus que le problème du foncier ne se pose plus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivez nous sur FB et G+!

restez informé et intégrez la famille Lkeria dès aujourd’hui sur :

×